Transit Librairie

Librairie associative à Marseille

Marxisme

SOCIALISME UTOPIQUE ET SOCIALISME SCIENTIFIQUE - LUDWIG FEUERBACH ET L’ABOUTISSEMENT DE LA PHILOSOPH

ENGELS FRIEDRICH

7 € - SCIENCE MARXIST - 1er novembre 2014 -

Résumé :

Dans ce volume, nous avons réuni deux ouvrages de Friedrich Engels : Socialisme utopique et socialisme scientifique et Ludwig Feuerbach et l’aboutissement de la philosophie classique allemande. Il s’agit de deux chefs-d’oeuvre d’Engels. Dans la division du travail établie avec Marx, c’est à Engels qu’incomba en particulier le rôle de divulgateur et de polémiste. Toutefois, les textes que nous présentons ici sont à eux seuls suffisants pour prouver sa stature de théoricien.
Socialisme utopique et socialisme scientifique est composé des trois derniers chapitres, consacrés au socialisme, de l’Antidühring, un texte que nous avons déjà publié dans la " Bibliothèque jeunes " en 2007. Engels y présente le parcours historique qui, partant de la société mercantile, conduit à la nécessité du communisme, en passant par le développement capitaliste. Il s’agit en effet de la présentation des bases objectives qui permettent de fonder scientifiquement les idéaux communistes.
La clarté de l’argumentation dans ces chapitres est telle que la nécessité d’en préparer une publication séparée s’était imposée immédiatement. Ce texte fut publié pour la première fois en français, à la requête de Paul Lafargue. Son succès étonnant ouvrit la voie à des traductions en de nombreuses langues. La version que nous publions ici est justement reprise de la traduction qu’en fit Paul Lafargue, et qu’Engels révisa personnellement.
Ludwig Feuerbach et l’aboutissement de la philosophie classique allemande est, comme l’écrit Engels lui-même, " un exposé succinct et systématique de nos rapports avec la philosophie hégélienne, de la façon dont nous en sommes sortis et dont nous nous en sommes séparés ". Cette oeuvre, poursuit Engels, lui " parut s’imposer de plus en plus " parce que, quarante ans après avoir rédigé L’Idéologie allemande et abandonné son manuscrit " à la critique rongeuse des souris " par manque d’éditeurs disponibles, ni Marx ni lui n’avaient plus trouvé le temps de revenir sur ce sujet important.
C’est dans ce texte qu’Engels désigne le mouvement ouvrier comme " l’héritier de la philosophie classique allemande " et qu’il formule l’hypothèse, pleinement confirmée par les événements ultérieurs, que la science sur le terrain social ne peut avancer " avec intransigeance et sans préventions " qu’en tant qu’arme révolutionnaire de la classe ouvrière. Pour quelle raison publier ces deux ouvrages ensemble, dans cette collection, consacrée expressément aux jeunes générations ? Le marxisme n’est pas une doctrine académique, mais une arme de lutte.
Marx et Engels n’étaient pas à la recherche d’une explication de l’Histoire ou d’une interprétation de la société, mais d’une théorie capable de résoudre un problème pratique, comme cela s’est d’ailleurs souvent vérifié dans le domaine des sciences naturelles. En l’occurrence, il s’agissait de porter le prolétariat au pouvoir et de le mettre en condition d’accomplir sa tâche historique : faire passer l’humanité au communisme.
Le marxisme s’est maintenu, transmis et développé pour répondre aux situations changeantes et aux développements de cette lutte. Sa validité et sa force furent prouvées par la révolution d’Octobre, lorsque le prolétariat russe s’empara du pouvoir et imposa à la bourgeoisie les intérêts et la volonté de la classe ouvrière. C’est ainsi que, pour la première fois dans l’histoire, il parvint à arrêter une guerre, la Première Guerre mondiale impérialiste.
La validité et la force pratique de la théorie marxiste ne sont pas un hasard. Leurs racines sont profondes, même si, souvent, elles ne sont pas mises en évidence. Le marxisme se base sur la vision du monde la plus moderne élaborée jusqu’à présent : le matérialisme qui reprend de la dialectique hégélienne le concept d’une réalité en transformation perpétuelle. Raison et volonté humaine peuvent orienter cette transformation, dans une certaine mesure qui n’est pas du tout négligeable.
La dernière des onze thèses synthétiques sur Feuerbach, formulées par Marx en 1845, proclame justement : " Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières ; mais ce qui importe c’est de le transformer. " Dans l’oeuvre que nous présentons ici, ce rapport entre vision du monde et " socialisme scientifique " est dans l’ordre inverse, mais cela correspond à ce qui s’est réellement produit.
Ce n’est qu’en 1888 qu’Engels trouva le temps et l’occasion de revenir sur les fondements philosophiques du marxisme. Comme nous l’avons rappelé ci-dessus, l’ouvrage consacré à leur exposition n’avait pas trouvé d’éditeur (L’Idéologie allemande fut publiée à titre posthume en 1932). Ce n’est donc que depuis la parution du Ludwig Feuerbach que le grand public eut accès à une exposition organique de ces fondements.
Aujourd’hui, la compréhension des bases théoriques de la science marxiste, et la conscience qu’elle s’appuie sur la vision du monde la plus moderne élaborée jusqu’à présent par l’humanité, peuvent devenir un élément de force supplémentaire pour les jeunes, à qui cet ouvrage s’adresse en particulier. S’il est vrai, comme le prévoyait Engels, que le mouvement ouvrier est l’héritier naturel de la philosophie classique allemande, les jeunes générations d’internationalistes qui sont aujourd’hui dans la lutte sont les héritières naturelles de ce legs.

Partager  

Et aussi... Marxisme

Nouveautés

Suivre

Transit Librairie

51 Bd de la Libération
13001 Marseille
France

Téléphone : 04 86 77 10 69

Courriel
contact@transit-librairie.org

Horaires :
Du mardi au samedi
De 13h à 19h

Pour recevoir le bulletin des nouveautés, abonnez-vous à notre newsletter

Mise à jour :lundi 25 octobre 2021 | Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0