Librairie associative à Marseille

Librairie associative à Marseille

Migrations

ETRANGER

PARROT KARINE

9 € - ANAMOSA - 21 septembre 2023 -

Résumé :

Dans la veine propre à la collection Le mot est faible, ce nouveau titre revient, sous l’angle du droit, sur l’histoire de la nationalité française inventée à la fin du xixe siècle et utilisée depuis pour fabriquer des étrangers et les soumettre à des régimes plus ou moins sévères et cruels suivant les besoins du marché du travail. Barbare, métèque, esclave, aubain... Jusqu’à une période récente, il n’existe pas de définition univoque de l’étranger car il se définit en creux, par défaut, comme celui qui n’appartient pas à la communauté.
Suivant ce critère, il a existé autant de figures de l’étranger que de manières inventées par les humains de former communauté. Dans la Grèce antique, l’étranger est l’étranger à la cité, celui qui ne parle pas grecque - le barbare - mais aussi le Grec qui vient d’une autre cité. Dans l’Europe médiévale où les frontières sont mouvantes, c’est l’étranger à la foi, le non-chrétien qui incarne la figure de l’altérité (le Juif, le protestant ou le Turc).
Suivant les périodes et les lieux, d’autres critères imprécis et fluctuants, car nés à l’échelle locale, s’articulent pour décider, si besoin, que tel marchand ou tel voyageur est étranger, autorisant le seigneur local puis le roi à hériter de ses biens. Même au milieu du xixe siècle, en France, dans les zones frontalières où vivent des familles et des travailleurs immigrés, les représentant de l’Etat peine à distinguer les Français - soumis à la conscription - des étrangers.
Ce flou entourant la notion d’étranger a aujourd’hui disparu. Le droit moderne s’est approprié le concept pour en dessiner les contours au scalpel : l’étranger est celui qui n’a pas la nationalité de l’Etat sur le territoire duquel il se trouve. Désormais, établie avec certitude, est présentée comme un attribut de la personne humaine. Ce petit livre voudrait revenir sur l’histoire de la nationalité française inventée à la fin du xixe siècle et utilisée depuis pour fabriquer des étrangers et les soumettre à des régimes plus ou moins sévères et cruels suivant les besoins du marché du travail.
La catégorie d’étranger - opposée à celle du national - n’a rien de naturel, elle est façonnée depuis l’origine au vu des projets impérialistes et capitalistes des Etats industriels avancés. Depuis les années 1980, paré de sa légitimité ontologique, le droit créé de nouvelles sous-catégories d’étrangers (les demandeurs d’asile ou les migrants) censées justifier qu’on les enferme massivement, qu’on les expulse ou qu’on les abandonne à leur sort dans le désert ou en mer.
Jusqu’où l’Etat et ses règles de droit peuvent-ils, sous couvert de légitimité démocratique, catégoriser les personnes humaines pour les traiter ouvertement comme des animaux ?

Disponible
Partager  

Et aussi... Migrations

Nouveautés

Suivre

Transit Librairie

51 Bd de la Libération
13001 Marseille
France

Téléphone : 04 86 77 10 69

Courriel
contact@transit-librairie.org

Horaires
de Mardi à Samedi 
13h/19h

Fermeture pour travaux mercredi 10 avril

Pour recevoir le bulletin des nouveautés, abonnez-vous à notre newsletter

Mise à jour :jeudi 23 mai 2024 | Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0