Librairie associative à Marseille

Librairie associative à Marseille

Sociologie

POURQUOI TANT DE VOTES RN DANS LES CLASSES POPULAIRES

MAUGER/PELLETIER

20 € - CROQUANT - 23 mai 2023 -

Résumé :

Ce livre est une version actualisée, augmentée et remaniée, de l’ouvrage publié en 2016 aux éditions du Croquant1. Cette initiative était une conséquence de l’inquiétude suscitée par l’ascension du Front National (FN), non seulement chez les militants et les intellectuels " de gauche ", mais aussi chez les chercheurs en sciences sociales. Les résultats des élections présidentielles et législatives de 2022 n’ont fait que la renforcer : d’où cette réédition actualisée et complétée par de nouvelles enquêtes.
Mais cette nouvelle version ne vise pas tant (en tout cas pas seulement) à alerter qu’à tenter de rendre compte sociologiquement de l’essor du RN (Rassemblement National) avec la conviction qu’une meilleure connaissance du phénomène peut aider à en déjouer les mécanismes. Une ascensionA inexorable ? Rompant avec une " neutralité axiologique " souvent revendiquée, mais sans doute plus stratégiquement " opportune " qu’épistémologiquement fondée2, cette inquiétude doit évidemment quelque chose à la progression électorale du FN.
Elle peut, en effet, sembler inexorable depuis le début des années 1980. Lors des élections législatives de mai 1981 consécutives à l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, le score du FN était encore, en effet, celui d’un groupuscule : 0, 18 %. Mais, aux élections régionales de 2015, le FN obtenait 6, 8 millions de voix au second tour, soit 30 % des suffrages et arrivait en tête au premier tour dans la moitié des régions et dans plus de la moitié des communes.
En 2017, Emmanuel Macron obtenait deux fois plus de votes que Marine Le Pen. En 2022, l’écart s’est réduit à 16% des votants. Au deuxième tour des élections législatives de 2022, le RN obtenait, à la surprise générale, 89 députés, trois fois plus qu’en 1986, un véritable " tsunamiA " selon Jordan Bardella, alors président par intérim du RN. Il consolidait, en effet, son implantation dans l’ancienne France industrielle du Nord et du Nord-Est et dans la France du Sud-Est jusqu’aux Pyrénées orientales et il étendait son ancrage territorial.
Avec ses 89 députés crédités d’une " image rassurante " (56 hommes, 33 femmes, 46 ans en moyenne, 42 titulaires de mandats électifs, 44 cadres et professions intellectuelles supérieures) et deux vice-présidences à l’Assemblée nationale, le RN, qui refuse désormais d’être classé " à l’extrême-droite ", accélère sa " normalisationA " et consolide sa " respectabilitéA "3. Un parti d’extrême-droite ? L’inquiétude suscitée par cette ascension est inséparable de l’hystérésis d’une représentation du FN.
En mai 1981, son label " d’extrême droite " n’était guère discutable. Le FN de Jean-Marie Le Pen, antisémite, sinon négationniste, raciste et hostile à la démocratie, se recrutait chez d’anciens pétainistes, miliciens retraités, collaborateurs et vétérans de la Légion des Volontaires Français, chez des anciens de l’OAS et leurs sympathisants, chez des catholiques traditionnalistes4. L’inquiétude persistante suppose donc que le RN d’aujourd’hui n’est au fond pas très différent du FN d’hier.
Mais cette pérennité de la représentation pose le problème de la " normalisationA " du FN. Outre que l’actuelle direction du RN a travaillé à sa " dédiabolisationA ", les partis de droite " classique " (l’UMP puis LR), en reprenant à leur compte des thèmes de prédilection du FN comme " l’immigrationA ", " l’assistanatA " ou " l’insécuritéA ", ont objectivement contribué à leur " banalisationA " et, ce faisant, à celle du RN.
Par ailleurs, la campagne d’Eric Zemmour pour les élections présidentielles de 2022 a contribué à la " dédiabolisationA " du RN en permettant son " recentrage "5. Mais, à l’inverse, les " partis de gouvernementA " (du Parti Socialiste - PS - à La République En Marche - LREM), dont " l’épouvantail Le PenA " est devenu l’ultime argument électoral (" faire barrage au RNA "), soulignent, non sans quelques arguments, la continuité entre le RN et le groupuscule d’extrême-droite des années 19706.
La question du classement politique du RN se pose d’autant plus que l’invention d’un nouveau label politique - le " populisme " - plus proche, selon Annie Collovald, d’une nouvelle " insulte politique " ou d’une " injure polie "7 que d’un concept, permet d’assimiler La France Insoumise (LFI) au RN et de disqualifier LFI par " contagionA " (" le danger populiste "). En fait, Daniel Gaxie montre que le programme du RN est caractérisé par ses ambiguïtés, sinon ses incohérences8.
Ils constituent autant d’atouts pour un " catch large partyA " où peuvent se reconnaître à la fois des militants d’extrême-droite (" faute de mieuxA "), des catholiques traditionnalistes (" pour défendre la famille "), des " rapatriés d’Algérie " (" pour endiguer l’immigrationA "), des professionnels du maintien de l’ordre (" pour lutter contre la délinquance "), des indépendants de toutes sortes (" contre la fiscalité et les chargesA ") et diverses fractions des classes populaires (" des fâchés pas fachosA ", dont on s’efforcera ici d’élucider " les raisonsA ").
Dans cette perspective, il faudrait prolonger l’enquête en analysant le RN comme " un champA " (où s’affrontent diverses tendances), lui-même pris dans un " champ politique " où chaque parti doit se démarquer de ses concurrents pour conquérir " le monopole de l’usage légitime des ressources politiques objectivées (droit, finances publiques, armée, police, justice, etc.)A "9. A l’issue des élections de 2022, le RN est l’un des quatre pôles d’un champ politique structuré par quatre blocs à peu près équivalentsA : en substance et dans l’ordre, celui d’Emmanuel Macron, celui de l’abstention, celui de Marine le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon10.
Le RN y apparaît, selon Daniel Gaxie, comme " un parti marginal, reconnu et stigmatiséA " ou " un partiA marginal ascendantA "11. Mais l’abstention reste le premier " partiA " de France12, obérant, scrutin après scrutin, la légitimité des élus. En dépit des appels de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale), 67 % des ouvriers et 64 % de ceux dont le revenu mensuel est inférieur à 1250 euros se sont abstenus (IPSOS).
La Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) cumule 142 députés, ébauchant ainsi la renaissance d’une " gauche de gauche " dans l’espace politique laissé vacant par la décomposition de " la gauche PS-PCA ", mais sans pour autant reconquérir l’adhésion des classes populaires13 à l’exception des banlieues des grandes villes. Au deuxième tour des élections législatives, la remobilisation espérée des abstentionnistes n’a pas eu lieu, A l’abstention - 53, 77 % - a même progressé par rapport au premier tour14.
Un parti populaire ? Le désarroi provoqué par la progression électorale du RN est également lié aux questions que posent à la fois cette extension de l’abstentionnisme des classes populaires et celle des votes populaires en faveur du RN. Jusqu’à une date récente, l’abstention était restée un phénomène relativement secondaire (autour de 20 % des inscrits) et, de ce fait, peu étudié. En avril 1848, alors que la population était encore pour moitié analphabète, la participation à l’élection de l’Assemblée constituante (au suffrage universel masculin) atteignait 83, 6 % des inscrits.
Et lors des élections de mai 1936, où le Front populaire l’avait emporté, le taux d’abstention était l’un des plus faibles de toute l’histoire des élections législativesA : 15, 6 %. De nouveaux records de participation sont atteints au cours des années 1970 où la gauche dispute le pouvoir à la droite : l’élection présidentielle de 1974 où s’affrontent François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing mobilise près de 9 électeurs sur dix (87, 3 %) et, lors du second tour des élections législatives de 1978, 84, 9 % des électeurs inscrits se rendent aux urnes.
Mais, à partir de la deuxième moitié des années 1980, l’abstention s’envole : au deuxième tour des élections législatives de 2007, près de quatre inscrits sur dix s’abstiennent. Aux élections européennes de 2014, on compte 56 % d’abstentions, 50 % aux élections régionales et départementales de 2015, 25 % d’abstentions au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017, 52 % d’abstentions au premier tour des élections législatives de 2017.
Ce désintérêt voire cette aversion à l’égard de la vie politique15 revêtent différentes formesA : non-inscription, mal inscription, abstention, inégalités croissantes de politisation, votes sans conviction, etc. 16 De sorte qu’une " démocratie de l’abstentionA "17 semble s’être mise en place où c’est l’inégale distribution du vote et de la non-inscription (massivement populaires) qui met en évidence la persistance des clivages de classe18.
Comment rendre compte, par ailleurs, de l’essor du vote RN dans les anciens bastions ouvriers du Nord et de l’Est désindustrialisés ou dans " le Midi rouge "A ? Si nul ne s’étonne de voir un petit commerçant (supposé " naturellement poujadiste ") ou un bourgeois catholique traditionnaliste voter FN, le vote populaire en faveur du RN interpelle à la fois " ceux pour qui le peuple est une cause à défendre "19, ceux qui tendent à " accorder au peuple la connaissance infuse de la politique "20 et, plus encore, sans doute, ceux qui persistent à croire à la vision messianiste de la " classe ouvrière ".
Le vote populaire en faveur du RN les confronte à un paradoxe du même genre que celui qu’a étudié Thomas Frank aux Etats-UnisA : Pourquoi les pauvres votent à droite ? 21. La déconvenue et la perplexité sont d’autant plus grandes que ce vote populaire en faveur du RN semble valider le point de vue de " ceux pour qui le peuple est un problème à résoudre "22 et consolider le " racisme de classe " de ceux qui assimilent les ressortissants des classes populaires à des " beaufsA " machistes et homophobes, racistes et xénophobes, etc.
23 La controverse suscitée par le vote populaire en faveur du RN réactive l’alternative classique entre " misérabilisme " etA " populisme "24, deux formes de l’ethnocentrisme des classes dominantes25. Seule l’enquête peut dénouer ce genre de controverse en tentant à la fois de cerner l’ampleur, la distribution et l’évolution du vote populaire en faveur du RN, d’en comprendre " les raisonsA " socialement diversifiées et d’en élucider " les causesA ", c’est-à-dire de rendre compte de l’ancrage - socialement différencié - de ces diverses " raisonsA " de voter FN.
Objectiver le vote populaire en faveur du RN Mais comment cerner l’ampleur, la distribution et l’évolution du vote populaire en faveur du RNA ? Toute tentative de mesure est confrontée à la difficulté d’étudier les rapports entre deux entités mal définies. Dans la mesure, d’une part, où le RN est un " parti attrape-toutA ", cerner " ce qu’est le RNA " au regard de ceux qui votent en sa faveur - " un conglomératA " plutôt qu’un " électoratA "26 - est un objet d’enquête.
La question renvoie ainsi à l’inventaire des " raisonsA " de voter RN. Dans la mesure, d’autre part, où " le populaire " n’est plus ce qu’il étaitA encore dans les années 1970, délimiter les contours des classes populaires dans la société française contemporaine rencontre également de nombreuses difficultés27. " La classe ouvrière " a subi une véritable éclipse consécutive à la fois à la désindustrialisation massive, à l’affaiblissement intellectuel et politique du marxisme, à l’effondrement du socialisme " réellement existantA ", à la débâcle électorale du PCF (" le parti de la classe ouvrière ") et au déclin de la CGT28.
Mais si la vision d’un espace social divisé en classes antagonistes s’est progressivement défaite, on peut, néanmoins, mettre en évidence des critères qui justifient le regroupement des ouvriers et des employées au sein des " classes populairesA ". Ce label démarque le groupe ainsi constitué des autres groupes sociaux : petitesse du statut professionnel ou social, étroitesse des ressources économiques, éloignement par rapport au capital culturel29.
A Certes, ces classes populaires ne sont pas ce que la classe ouvrière n’a jamais été ailleurs que dans l’imagination des intellectuels. Mais, ouvriers et employées (il s’agit de femmes pour 80 % de l’effectif) représentent plus de la moitié de la population active. Relativement cohérentes, ces classes populaires sont néanmoins traversées par de nombreux clivages à commencer par celui entre " establishedA " et " outsidersA "30 que creusent l’effritementA de la condition salariale, l’extension du chômage de masse, de la précarisation et de l’insécurité sociale qui en résultent31.
Force est alors de supposer que les différentes composantes des classes populaires n’ont ni les mêmes raisons de s’abstenir, ni les mêmes représentations du RN, ni les mêmes raisons de voter en sa faveur. Ainsi peut-on comprendre le caractère rudimentaire de données statistiques fondées sur la distinction entre " CSP +A " et " CSP -" ou, dans le meilleur des cas, celle entre ouvriers et employées, pour tenter d’objectiver le vote populaire en faveur du RN.
En l’état des données disponibles, Patrick Lehingue avait montré en 2016, que, même si les votes d’ouvriers et employées représentaient plus de la moitié des suffrages obtenus par le FN, ce vote FN ne concernait qu’un ouvrier sur sept et que c’était l’abstention - et de très loin - qui était alors le " premier parti ouvrierA "32. Outre le progrès spectaculaire du RN aux élections présidentielles, les élections de 2022 montrent que le vote populaire exprimé en faveur du RN se situe entre un peu moins d’un tiers et un peu plus d’un quart des votants de la catégorie et mettent en évidence un ancrage du RN dans les fractions les plus démunies (scolairement et économiquement) des classes populaires33.
Quant aux " raisonsA " de voter RN dans les classes populaires (sans grande compétence ni intérêt politique), on peut supposer que le RN est parvenu à inculquer, outre l’hostilité à des partis politiques interchangeables (" l’UMPSA "), une vision du monde qui oppose les " nationauxA " aux " étrangersA ". Ce clivage " ethno-racialA " occulte ainsi les divisions internes au groupe national (la lutte de classes) et fait de " l’immigrationA " la source de tous les maux (le chômage, la délinquance, le terrorisme) et des immigrés, de " mauvais pauvresA " associés à la délinquance et à l’assistance.
" Ce que voter RN veut dire " Pour tenter de cerner plus précisément " ce que voter RN veut dire " dans les classes populaires, il faut rompre d’abord avec la convention du sens commun savant qui voudrait que le vote exprime le " choixA " d’un programme et de représentants politiques et que, de ce fait, les électeurs pensent ce que pensent leurs représentants qui, eux-mêmes, expriment leur point de vue.
L’enquête montre, en effet, que la connaissance des programmes, du personnel et des idées politiques est très inégalement distribuée : y compris chez ceux qui participent aux élections. Plus spécifiquement, l’abstention pose le problème des conditions sociales de possibilité d’une " opinion politique ", c’est-à-dire de la compétence sociale et technique que suppose la participation àA la vie politique34A : ainsi met-on en évidence une " logique censitaire " de fait35.
De façon générale, l’enquête montre non seulement l’inégale distribution de la participation électorale et des compétences politiques, mais aussi celle de " l’intérêtA " pour la politique36. Plus précisément, elle établit la relation très étroite entre le capital scolaire et les chances d’avoir une opinion. En fait, la propension à prendre la parole est proportionnelle au sentiment d’avoir droit à la parole37A : elle suppose à la fois une " compétence technique ", c’est-à-dire à la capacité de comprendre le discours politique, mais aussi une " compétence sociale ", c’est-à-dire le sentiment d’être statutairement fondé à s’occuper de politique.
En outre, la professionnalisation du métier politique - maîtrise d’un corpus de savoirs spécialisés et d’un lexique (qui emprunte de plus en plus souvent à la " science " économique) et d’une rhétorique spécifiques - implique une dépossession politique croissante des classes populaires. C’est dire qu’on ne peut pas déduire, par exemple, du vote RN d’un cariste ou d’une femme de ménage leur adhésion au programme du RN.
Si ces votes RN n’ont évidemment pas " rien à voir avec le RNA ", il faut tenter de cerner leurs représentations du vote RN dont le degré de conformité au programme du RN peut être très approximatifA : que veut dire celui ou celle qui vote RNA ? L’enquête met en évidence la grande dispersion sociale et la volatilité des votes FNA : celles et ceux qui votent FN ne constituent pas un " électoratA " mais, selon l’expression de Daniel Gaxie, " un conglomératA "38.
Contre le racisme de classe et l’ethnocentrisme populiste, ce livre rassemble pour l’essentiel des enquêtes qui, dans différents registres, tentent d’élucider les " raisonsA " et les causes des votes RN au sein des classes populaires. Ordre d’exposition Dans la première partie, Patrick Lehingue met en évidence deux ou trois " idées reçuesA "A sur l’électorat du Front National, Daniel Gaxie souligne les contradictions de sa " résistible ascensionA " du FN.
Julian Mischi montre ce que l’essor du FN doit à " la décomposition de la gauche ". La deuxième partie aborde la question très controversée de la géographie du vote FN, opposant métropoles et périphéries, à travers deux enquêtes ethnographiquesA : celle d’Emmanuel Pierru et Sébastien Vignon s’intéresse aux territoires ruraux, celle de Violaine Girard aux zones périurbaines. L’enquête menée par le collectif " Focale " met en évidence les effets à long terme des héritages politiques de gauche et des sociabilités syndicalesA : longtemps après, ils font toujours obstacle au vote FN.
La troisième partie, la plus développée, est consacrée aux " raisonsA " des votes FN des classes populaires. Stéphane Beaud et Michel Pialoux, mettent d’abord en évidence les effets de "l’exacerbation des luttes de concurrence " au sein des classes populaires. Louis Pinto montre comment la promotion d’un " nouvel ordre moralA " assure une cohérence implicite du " conglomérat RNA ". Stéphane Beaud et Michel Pialoux étudient ensuite le cas d’un couple d’ouvriers confronté aux " désordres du quartierA ".
Gérard Mauger montre ce que le vote FN peut devoir au "souci de respectabilitéA " dans la situation de procès où sont prises les fractions " établiesA " et " marginalesA " des classes populaires. Romain Pudal, tente d’éluciderA " l’attraitA " qu’exerce le FN sur les sapeurs-pompiers. Enfin, Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud, s’intéressent aux votes FN de deux jeunes de Lycée Professionnel.
La quatrième partie montre qu’en dépit des apparences (Jordan Bardella en " fils du peuple ", " immigréA " de surcroît), le RN, si l’on s’en tient à la composition de son appareil, est loin d’être un parti " populaire ". Safia Dahani montre qu’il est investi par les cadres du secteur privé (" en haut à droite " de l’espace social) et Guillaume Letourneur que " les petits moyensA " échouent à s’y faire une place à la mesure de leurs ambitions.
En conclusion, Willy Pelletier témoigne de " l’ethnocentrisme militantA " des groupuscules antifascistes et Gérard Mauger et Willy Pelletier s’interrogent sur les conséquences politiques à tirer des enquêtes rassemblées dans ce livre.

Disponible
Partager  

Et aussi... Sociologie

Nouveautés

Suivre

Transit Librairie

51 Bd de la Libération
13001 Marseille
France

Téléphone : 04 86 77 10 69

Courriel
contact@transit-librairie.org

Horaires
de Mardi à Samedi 
13h/19h

Pour recevoir le bulletin des nouveautés, abonnez-vous à notre newsletter

Mise à jour :mercredi 12 juin 2024 | Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0