Étiqueté : histoire

Présentation du livre « Sur l’enseignement de l’histoire »

Comment sortir des sempiternelles lamentations sur les programmes ou les manuels d’histoire ? Peut-être en posant autrement les questions soulevées par l’enseignement de cette discipline si sensible ; sans doute aussi en donnant à voir de cet enseignement d’autres angles que les polémiques auxquelles nous ont habitués les commentateurs médiatiques ou les prophètes du désastre qui vient.

Petrograd rouge-la révolution dans les usines

Ce classique de l’universitaire anglais Steven A. Smith (publié en 1983) s’intéresse à ces acteurs paradoxalement méconnus de la révolution russe – les ouvriers – à travers l’action des comités créés spontanément dans leurs usines, d’abord pour contrer le sabotage des patrons, puis pour contrôler la production. L’auteur décrit dans le détail, et sans parti pris, les conditions spécifiques du salariat russe, les avancées permises par la Révolution de février, mais aussi les difficultés de la période, le chômage massif, les déplacements d’entreprises, et le choix final opéré par les bolchéviques de subordonner les comités d’usine aux syndicats –  entraînant leur disparition, et avec eux les espoirs mis par certains dans l’autogestion ouvrière.

Dix jours qui ébranlèrent le monde

«Les applaudissements firent trembler la salle. Au début de la séance, étonnés par la rapidité des événements, surpris par le bruit du canon, les délégués étaient hésitants. Pendant une heure, coup de marteau sur coup de marteau leur avaient été assenés de la tribune, les soudant en une seule masse, mais aussi les écrasant. Se pourrait-il qu’ils fussent seuls ? La Russie était-elle dressée contre eux ? Était-il exact que l’armée marchât sur Pétrograd ? Puis ce jeune soldat au regard limpide était venu et, comme dans un éclair, ils avaient reconnu la vérité… Ses paroles, c’était la voix des soldats : les millions grouillants d’ouvriers et de paysans en uniforme étaient des hommes comme eux, pensant et sentant comme eux.»

Le mythe bolchevik, journal 1920-1922

L’auteur de ce Journal, sans doute « le seul à avoir été tenu en Russie durant ces années mémorables (1920-1922) », n’est ni un réactionnaire, ni un conservateur, ni un libéral, mais un révolutionnaire communiste anarchiste, un enthousiaste de la Révolution. Comme il l’écrit, Octobre 1917 a été pour lui le plus grand événement de sa vie, le moment inouï où toutes ses aspirations à l’émancipation humaine étaient soudain susceptibles de s’accomplir, d’être enfin satisfaites. D’où la question : comment, par quelles voies un enthousiaste de la révolution de 1917 a-t-il pu écrire un livre qui a pour titre : Le Mythe bolchevik, et pour visée une démystification informée et impitoyable de cet événement qui a constitué jusqu’en 1989 un des piliers de notre monde, de notre horizon historique ? C’est qu’en dépit de son enthousiasme pour Octobre, Alexandre Berkman n’accepta pas davantage une soumission sans réserve au bolchevisme. Il choisit le rôle de collaborateur et d’observateur critique qui, au fil des mois et des événements, se transforma peu à peu en une position plus en retrait, celle d’un guetteur averti, inquiet, soucieux de percevoir le ou les moments où l’événement révolutionnaire s’exposait à basculer soudain en son contraire, quand une forme d’opposition à la révolution naît de l’intérieur de la Révolution (Karl Korsch).