Étiqueté : Marseille

Présentation de « Marseille en résistance » avec Michel Peraldi et Michel Samson

Lorsque le 5 novembre 2018 deux immeubles s’effondrent rue d’Aubagne à Marseille, emportant huit vies et provoquant la colère des voisins, c’est tout un appareil politique qui se trouve mis en faillite. Celui d’abord de la municipalité en place, dont le drame révèle l’incapacité à construire durant son long « règne » une politique du logement et de lutte contre la pauvreté. Mais aussi celui de la vieille gauche institutionnelle dont les appareils ont été dissous dans trois élections successives perdues. Quant aux nouveaux acteurs portés par des vagues nationales, La France insoumise et LRM, ils peinent à s’ancrer localement, tandis que le Rassemblement national, comme une maladie endémique, semble tirer profit de la faiblesse des autres.
Cet ouvrage est d’abord une chronique sans équivalent de cette décomposition et de ses effets à la veille de nouvelles élections municipales. Marseille y apparaît comme une ville sous tutelle, où les services de l’État assument le quotidien d’une gouvernance à laquelle les acteurs politiques locaux et les petites bourgeoisies qu’ils représentent semblent avoir renoncé. Mais à cette léthargie s’oppose une révolte populaire qui vient de loin, ancrée dans l’humus social d’une jeunesse précarisée mais créative, portée par le dynamisme des industries culturelles et les solidarités populaires, soutenue enfin par une expérience militante acquise de longue date. La résistance s’organise comme l’utopie d’une ville où les mondes populaires n’ont pas encore renoncé à l’urbanité. Ce livre est aussi le récit de cette résistance, assumé parfois comme subjectif et partisan.

Présentation de « Rue d’Aubagne- Récit d’une rupture » avec Karine Bonjour et le collectif du 5 novembre

Après l’écroulement brutal de trois immeubles dans le centre de Marseille le 5 novembre 2018 – huit morts, des milliers de délogés –, les habitants se sont mobilisés, investissant l’espace public pour crier aux oreilles du pouvoir leur tristesse, leur indignation et leur colère.
Graffitis, pochoirs, pancartes, banderoles, bouquets, bougies, slogans, photographies, vidéos, dessins, tribunes, chroniques, discours, tweets… les textes et images rassemblés dans cet ouvrage constituent un véritable récit documentaire, mémoire émotionnelle de cet événement qui a fait date. Mais ce drame n’est pas seulement le symptôme d’une ville fissurée et politiquement exsangue. Il parle de tant d’autres effondrements et de tant d’autres appels au respect. Au-delà du simple constat local, s’engage ici une réflexion sur les processus non avoués de gentrification des centres urbains et sur la participation des habitants à la gestion de leur ville.

« MÊME SI C’EST LA NUIT » AVEC KAMEL KHELIF

Un récit écrit et dessiné par Kamel Khélif. Les mots font corps avec les dessins sculptés dans l’ombre et la lumière, ciselés au trait. Le lecteur avance à tâtons dans cette nuit éclairée par les petites lumières de la ville qui hèlent le passant, faisant de cette promenade nocturne une quête ancrée dans la réalité d’une ville et d’un vécu plein de souvenirs, le cours Belzunce, l’Hôtel Azur, le bar « Au rond qui tourne » où « tout tourne en rond », le port, le bassin de Radoub, la rue d’Alger, le « bar du Hasard » dont le propriétaire se nomme Lazard, cette redondance semblant placer les existences croisées sous le signe du jeu de dé (al-zahr), de la chance, de l’imprévisible (que l’on ne peut voir à l’avance) et du mystère.

Présentation des livres: « Changer le monde, changer sa vie » et « Marseille années 68 »

L’histoire de Mai 68 ne s’est pas écrite qu’à Paris, et ses auteurs ne sont pas que des étudiants. Partout en France, d’autres territoires, d’autres militants ont contribué à faire de la décennie qui suivit l’explosion de mai un « âge d’or des luttes », jouant parfois un rôle de catalyseur au plan national.