A la librairie Transit vous trouverez des livres mais aussi un lieu de projection, de réunion, de passage, de rencontre de découverte … Nous organisons régulièrement rencontres et débats en essayant de couvrir tous les champs de la pensée critique (économie politique, féminisme, travail et syndicalisme, solidarité internationale, écologie, antifascisme, histoire du mouvement ouvrier ….)
Notre fonctionnement est associatif, nous ne percevons aucune subvention. Pour pouvoir exister, nous avons besoin de votre participation.
Adhérez à l’association transit.librairie.La prix minimum de 3 € est volontairement bas pour permettre à toutes et tous de participer à l’aventure. Rien n’empêche de donner plus en fonction de vos possibilités ! Vous pouvez régler en espèce, par chèque ou en ligne en cliquant ICI

Adhérez à l’association Transit.librairie

A la librairie Transit vous trouverez des livres mais aussi un lieu de projection, de réunion, de passage, de rencontre de découverte … Nous organisons régulièrement rencontres et débats en essayant de couvrir tous les champs de la pensée critique (économie politique, féminisme, travail et syndicalisme, solidarité internationale, écologie, antifascisme, histoire du mouvement ouvrier ….)
Notre fonctionnement est associatif, nous ne percevons aucune subvention. Pour pouvoir exister, nous avons besoin de votre participation.
Adhérez à l’association transit.librairie.La prix minimum de 3 € est volontairement bas pour permettre à toutes et tous de participer à l’aventure. Rien n’empêche de donner plus en fonction de vos possibilités ! Vous pouvez régler en espèce, par chèque ou en ligne en cliquant ICI

Journée poésie algérienne du 20 avril 2019

Pour voir la totalité des 57 enregistrements et leur vignette-photo cliquez dans l’image sur « La Poésie algérienne ».  La journée consacrée à la poésie d’Algérie le samedi 20 de 10H à 19h a été une belle réussite. De la première lecture aux environs de 10h 15 jusqu’à plus de 19h où nous avons du arrêter ( cela aurait pu durer encore longtemps) nous ont rejoints environ 70 personnes, de tous âges, venues lire, écouter, jouer du oud ou de la guitare, chanter en arabe ou en berbère. Lectures de poètes et poétesses de la génération de la guerre de libération, de la post-indépendance et des années 90, de la génération d’aujourd’hui, certains des participants ont lu leurs propres textes, et nous avons reçu, pour l’occasion, un texte chanté dans les manifs par les femmes en français et en arabe.

Une journée pour lire les poètes de Palestine

Dans le cadre du Temps de la Palestine et du Printemps des Poètes le 9 mars 2018, de 10h à 19h, la librairie Transit à Marseille a invité toutes celles et tous ceux qui le souhaitaient à venir lire et écouter, 44 lectures se sont ainsi succédées sans interruption toute la journée.
David Bouvard a accompagné les lectures de l’aprés-midi en les enregistrant.
l’équipe de la librairie l’ayant fait pour celles du matin.
Pour voir la liste complète des 44 enregistrements et leur vignette-photo cliquez dans l’image sur « une journée pour lire les poètes de Palestine »

Liberté dignité justice-récits et voix de Syrie

Pourquoi n’avons-nous rien fait ? En Syrie, des femmes et des hommes se sont opposés au régime qui les opprimait, ils ont fait face à la dictature. Les premières manifestations ont pris de court observateurs et spécialistes. Tellement les risques d’être emprisonné·e·s, torturé·e·s ou tué·e·s étaient grands. Tellement ces risques avaient maintenu jusque-là les Syrien·ne·s dans le silence. Dans ce numéro, des hommes et des femmes syriennes nous racontent leur révolution pour faire tomber la dictature et instaurer leur démocratie. Ils nous rappellent en écho notre impuissance à les aider, à nous révolter nous aussi contre la dictature de Bachar al-Assad.

La cité future

Journal à numéro unique paru en février 1917, entièrement rédigé par Antonio Gramsci, La Cité future est une œuvre inclassable publiée intégralement en français pour la première fois.

Entre un néant et un autre

Ratcharge (2004-2014) était un fanzine qui disséquait le quotidien avec le même acharnement que la musique. Au fil de ses trente-quatre numéros, il a montré ce que pouvait être la littérature punk : pas de nostalgie, une démarche autonome de A à Z et des récits directement tirés du vécu, couchés sur le papier comme trois accords plaqués dans un fracas de larsens. Errances urbaines, squats, dérives sous acide, apnées salariales, guerre contre l’ennui : une littérature brute, héritière bâtarde de la contreculture américaine et du vide existentiel de la banlieue parisienne.